La Fédération des Conseils de Parents d’Elèves (FCPE) de Pantin a interrogé notre liste sur nos mesures pour l’éducation. Voici nos réponses :

Madame, Monsieur,

Nous vous remercions de nous avoir sollicité·es sur les questions scolaires et périscolaires de notre ville.

Nos réponses s’articulent autour de 2 axes :

  • Un renforcement du service public (personnels, locaux, voirie, cantines…)
  • L’amélioration des liens entre les acteur·trices, les élu·es et les parents d’élèves.

Voici les réponses que nous pouvons aujourd’hui vous apporter :

  • L’offre périscolaire qui dépend de la ville,

Nous proposons de revoir l’aménagement des temps de pause méridienne et du temps d’accueil matin et soir, ainsi que l’organisation du mercredi. Nous proposons un retour aux 4 jours pour harmoniser le temps scolaire sur les villes du 93 et sur l’ensemble du territoire. Cela doit s’accompagner de changements radicaux :

  • Les horaires de l’école : 8h30 – 11h45, 14h-16h30
  • Les temps de pauses méridiennes seront accompagnés de véritables activités autour de professionnel·les de la culture et du sport.
  • Les mercredis retrouveront un véritable temps de qualité avec les animateur·trices qui pourront de nouveau faire des sorties à la journée et réaliser des projets.
  • Partenariats :

Il y a de nombreux partenaires possibles sur la ville : Conservatoire, la Philharmonie de Paris, le CND, les CMS (centres de santé), le Pavillon des Arts, le Musée de Drancy, la Cité des Sciences, Le Théâtre au fil de l’eau, l’association Coté Court, Banlieue Bleue, … C’est avec eux qu’il nous faut construire des partenariats durables. Le budget attribué à ces activités sera calculé en conséquence.

Nous misons aussi sur la formation des animateur·trices pour assurer la qualité des échanges avec nos enfants et un nombre suffisant d’encadrant·es, avec un vivier de remplaçant·es pour assurer un service continu.

Lien écoles / centres de loisirs :

Il nous semble également obligatoire de recréer un lien entre les écoles et les centres de loisirs : pour cela, un temps Education nationale et Mairie sera institué pour permettre aux enseignant·es et animateur·trices de coopérer, de monter des projets ensemble avec des classes, sur des temps scolaires et périscolaires. Il serait possible d’employer des animateur·trices sur des temps scolaires pour intervenir en classe.

Les contrats des agents municipaux seront de fait revalorisés, plus attractifs, ce qui garantira plus de stabilité des équipes.

  • Les locaux sont une priorité absolue :

Nous manquons cruellement d’écoles, des salles d’activités pour les centres de loisirs et les jeunes, de restaurants scolaires, de gymnases, des piscines, des terrains de sport, … tout ce qui assure les activités des enfants et leur permet de s’épanouir. Il nous faut tout d’abord procéder à un état des lieux et évaluer les besoins en fonctions des nouveaux logements livrés, des familles qui s’installent, des enfants qui arrivent sur notre ville. Il nous faut travailler sur la démographie de Pantin avant de prévoir les infrastructures, contrairement à ce qui a été fait (ou plutôt pas fait) ces dernières années. C’est à la ville d’offrir des services et des locaux correspondants aux besoins des habitant·es, de refuser les promoteurs immobiliers qui prennent aujourd’hui toute la place au détriment du bien public.

  • La participation des familles :

Depuis peu, les quotients familiaux ont été revus par la Mairie. L’éventail de tranches a été réduit, de ce fait, certaines familles des classes moyennes se sont retrouvées à payer comme les plus hautes tranches du quotient.

Le quotient familial est un vecteur primordial de justice social : il garantit à toutes et tous de pouvoir participer aux activités de la ville (musique, sport, arts plastiques)  ainsi que d’être inscrit·es aux centres de loisirs, à l’accueil du matin, du soir, du mercredi, ou encore de partir en classe découverte avec l’école ou en colonies de vacances, mini séjours,…Nous devons continuer de garantir une accessibilité pour toutes et tous. Nous promettons donc de revenir sur les quotients en élargissant les tranches pour permettre plus d’équité.

Nous proposons également la cantine gratuite pour les 2 premières tranches les plus basses. Rien ne doit empêcher un·e enfant de profiter d’un repas équilibré à la cantine avec ses camarades. Ce qui peut paraître une somme modique pour certains, est encore beaucoup pour des familles sous le seuil de pauvreté (30% des Pantinois·es).

  • Les agents municipaux :

Ils et elles doivent retrouver un statut valorisant et redevenir des référent·es dans les écoles et les bâtiments municipaux pour les enfants et les parents : il n’est plus admissible que les gardien·nes changent régulièrement d’affectation ou d’horaires, parfois sans être prévenu·es, alors qu’ils sont garant·es de la sécurité et qu’ils sont un lien important avec les familles.

Nous proposons également de réintégrer des équipes d’agents municipaux dans les écoles, comme il en existait il y a longtemps, pour s’occuper de l’entretien quotidien et ponctuel (petits accidents dans les classes,…). Le recours aux sociétés de nettoyage privées n’est pas acceptable car le personnel est souvent mal considéré, sous payé, et effectue un travail pénible dû aux contraintes horaires et matérielles.

De plus, la relation entre les agents polyvalents, les équipes enseignantes, les enfants et les parents, trop souvent négligée, nous parait essentielle pour retrouver une atmosphère sereine de confiance. Cela ne peut se résumer à une équipe de nettoyage entre 18h et 19h. Ce qui est, par ailleurs, bien insuffisant.

Les ATSEM font également partie du personnel municipal et doivent avoir un statut bien particulier auprès des plus jeunes enfants : leur place est en classe, et non aux taches d’entretien. Les plannings et les affectations se feront en concertation avec ces personnels pour une meilleure harmonisation.

Ainsi, chacun retrouvera sa place au sein de l’école  pour la bonne gestion de l’établissement scolaire et la prise en compte des besoins de chacun·e. Là encore, il faut prévoir des remplaçant·es pour assurer la continuité du service.

  • La sécurité des enfants est encore une priorité :

Nous ne pouvons plus accepter que des élèves se fassent renverser lorsqu’ils se rendent à l’école, au conservatoire ou au gymnase de la ville. La sécurité est un droit pour toutes et tous. C’est pourquoi, tous les passages piétons menant à ces lieux seront surveillés par des agents ainsi que les rues alentours, les ponts, les gros carrefours particulièrement dangereux.  Des remplacements seront prévus immédiatement en cas d’absence des agents. Nous lancerons également une consultation pour la piétonisation des rues des écoles aux heures d’entrée et de sortie des établissements.

  • L’accès au centre ville et aux bâtiments culturels et sportifs :

Même les enfants les plus éloigné·es, dans les quartiers périphériques de la ville, doivent avoir accès facilement aux bibliothèques, médiathèques, piscines, gymnases, terrains de sport, cinéma, conservatoire,… C’est pour cela que nous proposons un bus qui fera le tour de Pantin pour transporter gratuitement celles et ceux qui le souhaitent en toute sécurité.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *