La liste Pantin en commun a été interrogé par le collectif Christine Renon, voici nos réponses :

Nous accusons réception de votre lettre et de vos interrogations concernant l’Ecole et l’organisation du périscolaire sur la ville. Sachez que vos préoccupations sont au cœur de notre programme pour améliorer la vie des élèves, des enseignants et des agents municipaux sur Pantin. Voici donc les propositions de Pantin en commun :

  • Concernant les bâtiments et la sécurité : 

La question est cruciale puisque la ville manque à ce jour de locaux pour accueillir les enfants dans les meilleurs conditions : des crèches, des écoles élémentaires et maternelles, feront parties des budgets les plus importants. Les nouvelles constructions et leurs livraisons prochaines nous incitent à réévaluer les besoins de Pantin et à palier aux manques. De même, les centres de loisirs sont en demande d’espace et de matériel. Ils sont parfois dans l’obligation de travailler dans des préfabriqués ou des salles de classe, lorsqu’un accord est trouvé avec les enseignants. Il faut également prévoir des bâtiments sportifs et culturels supplémentaires, car les gymnases, les piscines et les terrains de sport, sont en nombre très insuffisants et difficilement partagés entre tous les acteurs.

Les abords de ces bâtiments accueillants des enfants doivent évidement être sécurisés par la présence de personnels au niveau des passages piétons, mais aussi par des panneaux, des traçages au sol,…Un système de « remplaçants » en cas d’absence d’un agent sera organisé à l’avance pour que la sécurité soit toujours assurée.

  • L’équipement :

Dans le cadre des programmes de l’Education Nationale et afin de permettre aux enseignants de travailler avec du matériel innovant et de qualité, la ville devra équiper toutes les classes de TNI (Tableau Numérique Interactif) et proposer des logiciels éducatifs et interactifs, ainsi que des formations via le service informatique, aux professionnels. Les salles informatiques doivent également être équipées correctement d’ordinateurs pour permettre à tous les élèves de s’approprier cet outil indispensable aujourd’hui, et que tous ne possèdent pas chez eux. On sait qu’il faudrait au moins doubler le nombre de postes sur les écoles.

  • Le temps périscolaire :

La pause méridienne est une vraie priorité : le manque de places dans les cantines scolaires devenues trop exigues, obligent parfois les élèves à se déplacer dans une autre école pour déjeuner ! Plusieurs services de cantine sont organisés, les élèves les plus grands déjeunent tard, et le temps de la pause est rallongé à deux heures, ce qui allonge encore le temps de présence des enfants, au moment où l’on parle de choisir les meilleurs « rythmes scolaires» ! La semaine des 4 jours et demi devait pourtant alléger les journées des écoliers. Les emplois d’animation créés à ce jour sont précaires et n’incitent pas les agents à s’impliquer à long terme. Ce sont souvent des contrats de quelques heures et sans évolution de carrière qui intéressent des étudiants ou des vacataires, ce qui explique beaucoup d’absences ou de démissions.

Nous proposons donc la construction de cantines scolaires, le rétablissement d’une pause méridienne n’excédant pas 1h30. Nous proposons le retour aux 4 jours de classe et un vrai mercredi d’animations avec les professionnels. Les animateurs retrouveront alors des contrats de qualité de 32h au moins, en CDI, avec une liberté d’organisation pour des projets et des sorties, le mercredi et lors des vacances. C’est en accordant plus de respect et de sécurité aux agents de la ville que nous obtiendrons une stabilité des équipes et une véritable qualité des services auprès de nos enfants. Cette qualité passe aussi par le système de recrutement : il faut exiger le BAFA et procéder à de réels examens d’embauche et aux rappels de l’importance de ces missions auprès de nos jeunes.

  • Les ATSEM :

Les ATSEM sont souvent mal considérés auprès de la Mairie : ils sont pourtant indispensables au bon fonctionnement des écoles, à la sécurité des enfants et au travail de classe en maternelle. C’est pourquoi nous proposons de redonner toute leur place à ces agents au sein des équipes et de les décharger des tâches de nettoyage, car nous prévoyons de rétablir ce qui existait il y a longtemps à Pantin, beaucoup plus d’emplois d’agents municipaux dans les écoles. Ces agents seraient en charge des problèmes de propriété dans les locaux, des services de cantine, des petits travaux,…Les ATSEM retrouveront ainsi un rôle plus proche des enseignants et des élèves. Leur recrutement s’organisera à l’avance en évaluant bien les besoin, les affectations se feront en concertation avec eux.

Il faut rétablir un lien de qualité entre la Mairie et les Ecoles : il est envisagé de créer un poste de médiateur, en cas de conflits entre les partenaires, et afin de ne plus vivre de « règlements de comptes » entre un élu et un enseignant, comme ce fut le cas il y a peu temps sur une école élémentaire de la ville.

Sachez que nous sommes déjà engagés dans la revendication d’une Education Nationale de qualité pour tous et que les moyens donnés à l’Ecole sont pour nous une priorité. Le décès de la directrice de maternelle de l’école Méhul, Christine Renon, nous rappelle sans cesse que beaucoup reste à faire et nous serons auprès des enseignants de Pantin pour demander des décharges de direction, des postes supplémentaires de professeurs titulaires, des postes de psychologues scolaires et de médecins, des enseignants spécialisés. Nous souhaitons vivement établir une relation sereine de travail entre la Mairie et les écoles de Pantin, et réclamer la nomination d’un Inspecteur de l’Education Nationale avec qui tisser des liens durables et de confiance.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *