La CFDT – Agents municipaux de Pantin a interrogé les candidats.es aux élections municipales. Voici nos réponses.

Carrière :

1. Après 5 ans de gel de point d’indice dans la fonction publique par les gouvernements successif (droite, PS-vert, Macron), les rémunérations de la Fonction publique ont perdu 5% par rapport à l’inflation depuis juillet 2010.

Jamais les traitements de la Fonction publique n’ont été bloqués sur une telle durée… le gouvernement entend continuer jusqu’en 2022.

Les pertes de pouvoir d’achat sur le salaire indiciaire depuis le 1er janvier 2000 sont significatives, le point d’indice – s’il avait suivi l’inflation – devrait être à 5,28 € alors qu’il est aujourd’hui à 4,63 €.

Une baisse historique du pouvoir d’achat des pensionnés. Le gel de la valeur du point depuis 2010 a eu pour effet insidieux de conduire, année après année, à une baisse drastique des pensions servies aux fonctionnaires qui partent à la retraite.

Le projet de réforme d’un système de retraite à points, ne fera que baisser encore plus brutalement le niveau des pensions des titulaires mais aussi des retraites pour les contractuels. Choix du gouvernement de plafonner les dépenses de retraite, au maximum à leur niveau actuel (14 % du PIB, voire de les baisser),

Pour notre modèle de retraite solidaire, il est impensable que les retraites et les retraité·e·s des générations à venir deviennent ainsi une variable d’ajustement des finances publiques, dans un monde où seuls celles et ceux qui auront les moyens de la capitalisation éviteront une fin de vie dans la pauvreté.

Pour les salaires et les pensions nous soutenons la nécessité de revaloriser les rémunérations facteur de la relance de la consommation et du développement économique et social. Nous soutenons la proposition syndicale qui vise à une augmentation immédiate de la valeur du point, avec une première revalorisation de 1,5 % par an de 2020 à 2025.  Une revalorisation significative et immédiate des pensions et retraites, des mesures pour compenser les lourdes pertes de pouvoir d’achat déjà intervenues, l’égalité salariale entre les femmes et les hommes, l’abrogation de toutes formes de rémunération et de carrière au mérite, l’abandon du dogme du plafonnement des dépenses de retraites fonction publique

Dialogue social

2. Notre liste est très attachée au rôle des fonctionnaires et à leur statut. Toutes les réformes de la fonction public depuis Maurice Thorez (sauf la période Anicet Lepors) ont limité l’intervention et la liberté des fonctionnaires vis-à-vis du politique. La casse de code du travail orchestré par Hollande-Rebsamen-Macron, puis la mise en place du CSE par Macron, cassant les prérogatives des CAP, CE, CHSCT en réduisant le rôle et l’intervention des représentants des personnels. Cette politique est anti-démocratique et donne des pouvoirs sans possibilité de recours aux salariés, nous la combattrons. Si nous avons la confiance des Pantinois, nous appliquerons les lois Auroux (conseils d’atelier et de bureau) afin de permettre l’intervention directe des salariés et permettrons à leurs représentants de porter leurs paroles dans les instances représentatives. Nous engagerons une concertation locale pour la mise en place du dialogue social et la transparence des dossiers.

3. Nous considérons que le régime indemnitaire mise en place par Monsieur Kern n’est pas équitable. Nous nous engageons à ouvrir des négociations avec les syndicats dès le début de la mandature.

Sur la durée du travail nous militrons pour les 35h et l’application du code du travail pour les heures supplémentaires. Pour nous la question des emplois statutaires est vitale pour avoir un service public digne de ce nom. Le recours aux contractuels ne peut se faire qu’occasionnellement ou des périodes de remplacements limitées dans le temps.

La pénibilité du travail est prise en compte dans le code du travail. Nous serons attentif au respect de celui-ci.

Le droit de grève est un droit institutionnel, il est hors de question de le remettre en cause.

4. Sur la question de la gestion prévisionnelle des emplois, nous demanderons à          l’administration de nous présenter un bilan et des perspectives d’évolutions des emplois en fonction de la pyramide des âges ainsi que les appels à compétences. Ce bilan sera présenté aux organisations syndicales et aux élus du personnel pour permettre d’engager la réflexion sur la politique prévisionnelle des emplois.

5. La formation est un des moyens de permettre à tous les salariés de surmonter les difficultés. Nous sommes favorable à un recensement des besoins des services et mettre en concordance les besoins des agents dans le cadre des projets de service public de notre ville. Les salariés ont des droits et des devoirs, réciproquement, l’administration doit avoir le souci du respect des salariés en s’appuyant sur les recommandations de la médecine du travail.

6. Contrairement au gouvernement actuel nous sommes  favorable au dialogue social. Le dialogue doit passer pas des relations apaisées. Chacun doit jouer son rôle, les syndicats et leurs représentants et l’administration qui doit travailler en toute transparence. Le rôle des élus est de donner du sens à la mission de service public et redonner du sens au travail pour répondre efficacement aux besoins de Pantinoi(se)s

7. L’évolution des technologies et de « l’intelligence artificielle » doit être au service des usagers, des salariés et non l’inverse. Nous considérons que rien ne peut remplacer le contact humain. Nous voulons développer les relations avec la population et les agents seront au cœur de cette mise en œuvre. Pour ce qui concerne l’obligation de service public au delà des heures de travail cela doit s’accompagner de règles inscrites dans des accords entre les organisations syndicales et l’administration. L‘humain est au cœur de nos préoccupations, nous sommes pour préserver les collectifs de travail et les relations humaines au travail. Le recours au télétravail  ne doit se faire que dans des situations particulières avec l’avis du médecin du travail.

8. Nous sommes favorable pour l’amélioration de la protection sociale du personnel et dans la mesure du possible de tendre à une prise en charge totale. Sur la pause méridienne et les obligations de l’employeur sur la restauration, nous respecterons celles-ci. Nous sommes attaché à un lieu convivial de restauration permettant les rencontres et disposant de menus équilibrés, issus de l’économie sociale et soutien en circuits courts.

9. Nous serons très attentifs sur la question sociale pour les habitants comme pour les agents. Des moyens supplémentaires seront mis en œuvre si la situation l’exige. Note ambition est de remettre au centre des préoccupations l’humain.

10. Notre programme préconise des mesures comme : plan canicule, installations spécifiques volets stores, îlots de fraîcheur. Si nécessaire, Il sera organiser une mise à disposition de point d’eau comme le prévoit le code du travail.  Pour les bâtiments publics, un engagement est pris pour la rénovation thermique 100% renouvelable, récupération des eaux de pluie sur les bâtiments publics,  zéro déchets (dont micro-plastiques)


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *