Par Enzo Poultreniez, militant écologiste, candidat sur la liste Pantin en Commun

Le programme VEFA Impulsion du 30-35 avenue Edouard Vaillant à Pantin (Quatre-Chemins) devait être le premier projet emblématique du futur éco-quartier de la gare, agité depuis des années comme preuve de l’engagement écologiste de la mairie.

Mais même ce premier projet est menacé. Les atermoiements de la mairie sont emblématiques d’une équipe municipale qui joue avec notre ville comme à Sim City, ce jeu vidéo de gestion qui permet de créer et modifier des villes, seul derrière son écran.

Un projet mal ficelé ? 

Pantin Impulsion, c’est un projet immobilier neuf aux normes écologiques très élevées, ce que nous soutenons. Prévu pour fin 2021 en marge de l’éco-quartier de Pantin, ce projet devait comporter des logements privés, sociaux et des espaces de services.

Mais Eiffage s’est retrouvé dans l’impossibilité technique de respecter une partie du cahier des charges : la construction d’une façade en terre crue issue des chantiers du Grand Paris Express, ce qui aurait été une première. La mairie de Pantin a mis en demeure le promoteur qui n’était plus en mesure techniquement de répondre à certaines ambitions écologiques. Le promoteur a donc proposé une contre-offre, mais le dialogue a été rompu.

47 foyers se retrouvent en difficulté, certains ayant fait de nombreux sacrifices en vue de cette acquisition, depuis juin 2019.  

Notre liste n’ayant pas accès à l’ensemble du dossier, nous n’émettrons néanmoins pas d’avis sur le risque juridique de l’opération, et le bien-fondé ou non d’une dénonciation du marché.

Le manque de transparence et d’accompagnement des réservataires

En revanche, nous ne pouvons que nous étonner de la forme du « dialogue » entre les réservataires, la mairie et Eiffage. Une trentaine d’acquéreurs inquiets du manque d’information se sont regroupés au sein du « Collectif Pantin Impulsion ».

Le collectif a appris le 17 janvier que la mairie dénoncerait la concession accordée au promoteur au conseil territorial d’Est Ensemble du 4 février. Seule consolation : une « cellule d’écoute ».

Heureusement, suite à un rendez-vous in extremis entre le collectif et le maire le 4 février et grâce la mobilisation d’élus (dont notre conseiller territorial sortant Samir Amziane), la délibération a été retirée et repoussée au 15 avril. Le dialogue semble avoir été rétabli entre les trois parties : Eiffage, Mairie et Collectif.

La liste Pantin en commun soutient cette reprise néanmoins tardive du dialogue et souhaite que des leçons soient tirées de ce dossier :

  • Un maire ne peut décider seul des projets d’aménagement de la ville.
  • Un maire ne peut décider seul de laisser sur le carreau 47 foyers, majoritairement pantinois, sans un accompagnement décidé au préalable.
  • Que le projet « Pantin Impulsion » voit ou non le jour in fine, la priorité doit être de trouver une solution de logement à ces personnes, dans des conditions équivalentes à celles du projet sur lequel elles se sont projetées.

Quid du centre municipal de santé Sainte-Marguerite ?

Enfin, notre liste s’interroge sur le devenir du déménagement du centre municipal de santé Sainte-Marguerite (Quatre-Chemins). Ce déménagement était pourtant annoncé et vanté dans le magazine Canal de mars 2019, il y a tout juste un an.

Outre la concertation avec les futurs réservataires des logements privés, qu’en est-il du dialogue avec les professionnels de santé du centre municipal de santé ? Quelle alternative propose la liste du maire sortant ? 

La promotion du déménagement du CMS Sainte-Marguerite dans le journal municipal Canal de mars 2019.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *